theses.fr – Sylviane Jeanroy-Beretta , Essai pour une psychopathologie et une clinique de quelques cas d'obésité

Essai pour une psychopathologie et une clinique de quelques cas d'obésité

par Sylviane Jeanroy-Beretta

Thèse de doctorat en Psychologie. Recherche en psychanalyse et psychopathologie

Sous la direction de Gérard Pommier.

Le président du jury était Christian Hoffmann.

Les rapporteurs étaient Sidi Askofaré, François Sauvagnat.


  • Résumé

    Dans le champ de l'obésité massive, le corps est otage, l'individu est victime et agresseur. Le regard stigmatisant de l'Autre induit une souffrance psychique indicible par ceux dont le corps est différent de celui attendu dans une conformité imposée par des normes. L'individu, dans une présentification corporelle singulière, est déchiré entre le principe de plaisir offrant la satisfaction pulsionnelle, et le principe de réalité organisant l'indépassable culpabilité. Elle est renforcée par l’atteinte narcissique, majorée par le regard de l’autre, induit la haine de l'image, favorise le silence des affects. Que signifie : fabriquer plus de corps qui se traduit par plus de poids ? Quelle disjonction traverse Ie sujet entre son vouloir et son pouvoir, son savoir conscient et son désir inconscient ? L'étude des rapports ambivalents médecine/culture/norme/oralité aide à entrevoir des hypothèses différentes de celles des TCA classiques. A partir de la clinique, on peut envisager celle d'un état psychique entre deuil et mélancolie. A partir de la pratique en entretien apparait l'opportunité pour le sujet obèse d'engager un mouvement du regard à la parole afin de le dégager de l'entremêlement honte/rejet, et lui rendre une dignité.

  • Titre traduit

    Essay for a psychopathology and a clinical study about some obesity cases


  • Résumé

    In the field of massive obesity the body is the hostage and the dictator, the subject beingsimultaneously the victim and the assailant. The stigmatizing look of the other implies anunspeakable psychic pain for those whose body is different from the one expected to be conform to the present norms. The obese subject in a singular corporal presentification is torn between the principle of pleasure which gives him an urge-driven satisfaction and the principle of reality which organizes the impassable guilt. This culpability is strengthened by a narcissistic infringement and increased the other's look. This guilt also implies the hate of the image and furthers the silence of affects. What does it mean to produce more of body which manifests as more weight? Which disjunction goes through the subjects, between their will and their capacities, between what they consciously know and what they unconsciously desire? The study of the ambivalent relationships between medicine/culture/norm/orality helps us to foresee hypotheses which are different from those of the eating disorders 'classic theories. Through a clinical work, one can consider the hypothesis of a psychic state between loss and melancholy. Starting from the practice of interviews the obese subjects has an to start a motion from the look to the speech in order to free him from his mixed up state between shame and rejection, and to give him back dignity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.