Le réalisme mystique dans la littérature africaine d'expression française

par Sami Tlili

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Catherine Mazauric et de Amor Seoud.

Le président du jury était Xavier Garnier.

Le jury était composé de Amor Seoud.

Les rapporteurs étaient Mustapha Trabelsi.


  • Résumé

    Quels sont les arguments qui permettent de dire qu’on peut parler du réalisme-mystique comme un mode narratif (l’itinéraire ou le parcours initiatique et ses composantes : la quête symbolique, les épreuves ou leurs équivalents et la métamorphose, la mort dite symbolique, les forces adjudantes ou inhibantes) et non d’une simple cohabitation entre l’écriture mystique et le réalisme, autrement dit « une mise en roman » de la tradition orale et plus précisément du conte initiatique ? L’écriture mystique n’est pas donc forcément une littérature du mystère mais aussi un ensemble de techniques de narration, une manière et une façon de raconter et des procédés et des dispositifs dramatiques fortement imprégnés par la tradition orale et la tradition initiatiques. Même s’il s’agit d’une certaine forme d'écriture qui a ses propres codes, son propre langage et qui intègre de nouvelles tournures, Le réalisme mystique n’est pas un modèle figé de la narration où un moule rigide, et sa richesse trouve son écho dans la richesse des romans qu’on pourrait rattacher à ce courant : du « réalisme mystique marxiste » chez Sembène Ousmane, passant par « le réalisme mystique satirique ou cynique » qui ressort de l’œuvre D’Ahamdou Kourouma, sans oublier les travaux de Tierno Monénembo et d’ Emmanuel Dongala qui ont une approche différente . Ces changements et ces variations sont loin d'être arbitraires et nuances qui nous renseignent sur la vision de chacun de la situation politique en Afrique et le projet culturel dont chacun est porteur.

  • Titre traduit

    Mystical-realism in the French-speaking African literature


  • Résumé

    What are the arguments that make it possible to say that we can speak of mystical realism as a narrative mode (the itinerary or the initiatory journey and its components: the symbolic quest, the trials or their equivalents and the metamorphosis, the so-called symbolic death, the adjutant or inhibiting forces) and not a simple cohabitation between mystical writing and realism, in other words, «a novelization » of the oral tradition and more precisely of the initiatory tale?Mystical writing is therefore not necessarily literature of mystery but also a set of techniques of narration, a way of telling, dramatic processes and devices strongly impregnated by the oral tradition and the initiatory tradition.Even if it is a certain form of writing that has its codes, its language, and which incorporates new turns. Mystical realism is not a fixed model of narration or a rigid mold. and its richness finds its echo in the richness of the novels that could be linked to this current: from the «Marxist mystical realism» in Sembène Ousmane, passing by «Satirical or cynical mystical realism» which emerges from the work of Ahamdou Kourouma, without forgetting the work of Tierno Monénembo and Emmanuel Dongala who have a different approach. These changes and variations are far from arbitrary and nuanced, which inform us about the vision of each of the political situation in Africa and the cultural project that each one carries.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?