Plan

Retour au fascicule

La Conférence de Hampton Court (janvier 1604) ou l’autorité de Jacques Ier sur l’Église anglicane

[article]

Année 2005 17 pp. 187-196
  • Durel Henri. La Conférence de Hampton Court (janvier 1604) ou l’autorité de Jacques Ier sur l’Église anglicane. In: Anglophonia/Caliban, n°17, 2005. Protestantisme(s) et autorité / Protestantism and authority. pp. 187-196.

    DOI : https://doi.org/10.3406/calib.2005.1543

    www.persee.fr/doc/calib_1278-3331_2005_num_17_1_1543

    doc-ctrl/global/pdfdoc-ctrl/global/pdf
    doc-ctrl/global/textdoc-ctrl/global/text doc-ctrl/global/imagedoc-ctrl/global/image doc-ctrl/global/zoom-indoc-ctrl/global/zoom-in doc-ctrl/global/zoom-outdoc-ctrl/global/zoom-out doc-ctrl/global/bookmarkdoc-ctrl/global/bookmark doc-ctrl/global/resetdoc-ctrl/global/reset
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    Page

    La Conférence de Hampton Court (janvier 1604) ou l’autorité de Jacques 1er sur l’Église anglicane*

    Henri DUREL “

    ABSTRACT

    Introduction

    Jacques Ier convoqua la Conférence de Hampton Court les samedi 14, lundi 16 et mercredi 18 janvier 1604 pour régler certains problèmes qui se posaient à l’Église d’Angleterre. Puisque le roi avait assumé, à la suite d’Henri VIII, le titre de chef suprême temporel et spirituel de cette Église, puisque même ses adversaires puritains à la Conférence acceptaient sa suprématie,1 on pourrait estimer que ce travail de recherche n’a pas lieu d’être, le roi ayant tous pouvoirs sur l’Église anglicane. Cependant, il fallait considérer certains faits nouveaux. D’abord, on notait une résurgence du puritanisme dans le clergé anglais2 et, plus

    Mon document de référence sera le compte-rendu de William Barlow, The summe and substance of the Conference [...] at Hampton Court. lanuary 14.1603. Cité dans la suite sous l’abréviation de "Barlow."

    Université de Toulouse-Le-Mirail.

    Ainsi le roi félicite le Dr Reynolds, porte-parole des Puritains, de reconnaître sa suprématie : "‘Dr Rein.

    (...) you have often spoken for my supremacy, and it is well’" (Barlow 80).

    2

    Jacques Ier note avec amertume et colère que certains prédicateurs puritains oublient dans leurs prières le titre de Jacques Ier : "Supreme Govemour in ail causes, and over all persons, (as well ecclesiastical as civil)" (Barlow 83).

    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
    doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw