Plan

Retour au fascicule

Présentation

[liminaire]

Bianchi Francesco. Présentation. In: Histoire Épistémologie Langage, tome 40, fascicule 2, 2018. La tradition linguistique arabe et l'apport des grammairiens arabo-andalous. pp. 7-11.

www.persee.fr/doc/hel_0750-8069_2018_num_40_2_3670

doc-ctrl/global/pdfdoc-ctrl/global/pdf
doc-ctrl/global/textdoc-ctrl/global/text doc-ctrl/global/imagedoc-ctrl/global/image doc-ctrl/global/zoom-indoc-ctrl/global/zoom-in doc-ctrl/global/zoom-outdoc-ctrl/global/zoom-out doc-ctrl/global/bookmarkdoc-ctrl/global/bookmark doc-ctrl/global/resetdoc-ctrl/global/reset
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
Page

PR ESENTATION

LA TRADITION LINGUISTIQUE ARABE ET L’APPORT DES GRAMMAIRIENS ARABO-ANDALOUS

Francesco Binaghi

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 & Laboratoire d’Histoire des théories linguistiques (UMR 7597), Paris, France

La revue Histoire Epistémologie Langage consacrait, il y a presque quarante ans, un numéro à la tradition grammaticale arabe («Eléments d’Histoire de la tradition linguistique arabe » , tome II, fascicule 1, 1980). C’était l’époque où la linguistique arabe, jadis une discipline plutôt marginale, commençait à s’affirmer en raison de l’intérêt croissant de la communauté scientifique pour les langues et les traditions linguistiques non-occidentales (Rédaction 1980, Larcher 2007). Dans ce contexte, le numéro thématique de la revue offrait une présentation de quelques aspects clés de l’histoire de la pensée grammaticale arabe. Quarante ans plus tard environ, nos connaissances ont beaucoup avancé dans ce domaine : un grand nombre de sources arabes ont été publiées et sont maintenant disponibles aux chercheurs ; la production scientifique est régulière et assez abondante1 ; des ouvrages didactiques – donc de synthèse de nos connaissances –

ont été publiés (voire republiés, comme Bohas et al. 2006 [ 1990]) ; une encyclopédie, Encyclopedia of Arabic Language and Linguistics (EALL), offre au spécialiste comme au non-spécialiste une étude détaillée des concepts et des termes techniques de cette tradition2. Cependant, une question épistémologique ne semble avoir jamais été abordée de manière systématique : le rôle des traditions locales, notamment celles périphériques, dans l’évolution des théories linguistiques arabes3.

1 Quarante publications environ par an entre 1981 et 1994, d’après Versteegh (1995) ; trente environ par an dans la première moitié des années 2010, d’après la Bibliographie Linguistique.

2 Le lecteur arabophone pourra aussi tirer profit de l’encyclopédie Maws u ʿ at ʿ ul um al-luġa al-

ʿ arabiyya (Ya ʿ q ub 2006). 3 Dans le domaine des études arabes, la seule publication, jusqu’à aujourd’hui, qui ait posé explicitement cette question est l’article de Carter (2011) sur le degré de particularisme des grammairiens andalous. L’article, cependant, ne propose pas une analyse systématique et cohérente de la question, mais présente plutôt un ensemble hétérogène d’annotations et de pistes de travail. De manière assez intéressante, en revanche, l’auteur avance l’idée d’un parallélisme entre la situation arabe (centre du monde islamique vs al-Andalus) et le développement de la linguistique moderne en Europe et aux Etats-Unis.

Histoire Epistémologie Langage

40/ 2 (2018), 7-11

© SHESL/ EDP Sciences https:// doi. org/ 10.1051/ hel/ 2018015 Disponible en ligne sur : www. hel-journal. org

doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw